Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/261

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nom de tous les théologiens de Port-Royal. On y expliquait la doctrine des disciples de saint Augustin relativement aux cinq propositions, et les Jésuites eux-mêmes reconnurent que cette déclaration était parfaitement orthodoxe. Le texte latin et français des cinq articles se trouve in extenso dans l’Histoire du jansénisme du Père Gerberon et dans la Bibliothèque ecclésiastique d’Ellies du Pin. Cette déclaration est trop longue pour trouver place ici en entier ; voici le quatrième et le cinquième article, correspondant à la quatrième et à la cinquième des propositions dites de Jansénius :
« IV. Tant s’en faut que les demi-Pélagiens aient été hérétiques pour avoir dit que nous pouvons consentir à la grâce ou n’y consentir pas, qu’au contraire il est certain et hors de doute qu’on peut résister à quelque grâce que ce soit, même efficace ; c’est-à-dire qu’avec quelque grâce que ce soit il demeure une puissance active et prochaine, comme il a été dit ci-dessus ; quoique, comme l’on a aussi dit, on ne refuse jamais son consentement à la grâce efficace.
« V.... Le salut éternel n’a été destiné par un décret absolu de Dieu qu’aux seuls élus… D’où il s’ensuit que Jésus-Christ, dont la volonté absolue a toujours été conforme à celle de son Père, n’a pas voulu simplement et absolument changer ce décret par ses prières ni par sa mort. Ainsi il n’a voulu absolument et efficacement mériter le salut éternel et le don de la persévérance qu’à ceux-là seuls qu’il dit dans l’Évangile que son Père lui a donnés, et que personne ne ravira de ses mains. » [162].
Assemblée de Melun, assemblée du Clergé de France qui se tint en 1579 dans la ville de Melun, et adressa au roi Henri III de courageuses remontrances [153].
Aubray (d’). V. Daubray.