Page:Rabelais ou imitateur - Le Disciple de Pantagruel, éd. Lacroix 1875.djvu/80

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Comme Panurge voulut visiter plus amplement lesdicles ysles, et des trois fleuves singuliers qu’il trouva, et des arbres oit croissent les craquelins et eschauldez.

CHAPITRE XXII.


OR, pource que les geographes et cosmograpbes font grosse estime d’icelles isles, nous les voulusmes bien perlustrer et visiter toutes de une part et d’aultre. Et en ce faisant, nous trouvasmes en icelles isles troys grandz fleuves, comme le Rosne ou le Rhin, d’une merveilleuse estimation.

Car l’ung est de vin blanc, le meilleur que jamais homme goustast.

Le second est de vin clairet, le plus excellent qu’il est possible de trouver en tout le monde.

Le tiers est de vin vermeil, qui passe en bonté tous les vins bastardz, tous les ambrosiades, malvoysies, et tous les ypocras qui feussent jamais.

Et y a du long d’iceulx fleuves des hayes d’arbres comme rosiers, ausquelz croissent les petitz gasteaulx, craquelins, eschauldez et petitz choulx, les plus frians et savoureux que jamais homme goustast.