Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 06.djvu/234

Cette page n’a pas encore été corrigée


226

U BI PREN US

UN

U

Udi prenus. «… en cefte ville il y a. force preudes femmes, cli.iftes & pucelles. Etvhl prcniis ? dift Panurge. » I, 29 ? et IV, 200.

UcALEGON (OJx « .e’yuv, ne prenant pas soin de ; Ojxk/.Ivwv, Ucalé- gon). «… qui eft ceftuy Vcale- gon là bas qui ainfi crie & fe defconforte ? » II, 350. « Vcale- gon. Non aydant. C’efl le nom d’vn viel Troian, célébré par Homère 3. Hiad. » III, 200.

Ugne. Une. Voir Un.

Ulement. Hurlement. «… le grand efFroy, & vacarme prin- cipal prouient du dueil & vlc- ment des Diables… » II, 116.

Uler, Uller. Hurler. «… au tour de luy… vllent les loups… » II, 69. «… crient & vient comme Diables… » 116.

Uligineux (Uliginosiis, naturelle- ment humide). «… terrouoir doulx, vligineitx… » II, 228.

Ulle (Ulla, quelque, aucune). Voir Ame.

Uller. Voir Uler.

Ulmeau. Ormeau. «… fut la- dide généalogie trouuee ef- cripte… en efcorce à’vhneau… » I, II. «… le filz puyfné eut nom Figuier… le dernier eut nom Vhnean… » II, 236.

Umbilicare (Umhilicaris). Ombi- lical. «… la difpofition du bas- uentre, & des parties vmbili- cares… » II, 168.

Umbrageux. Voir Ombrageux.

U.MBRE. «… Alexandre… aduifli que la fureur du cheual ne ve- noit que de frayeur qu’il prenoit à fon rinbre. » I, 56. « Il n’eft vmbre que d’eftandanz… Il n’ell vmbre que de cuifine… Il n’ell f)« / ; ;« que de courtines… » ^4J. « Urmbre plus naturellement

ne fuyt le corps, que Coquage l’iiyt les gens mariez. » II, 156. «… plus leurs eft contraire & ennemy… que… Vvmbre de If, aux dormans deffoubs… » 234. Voir Dccempedale, Excorticqticr.

Umbre. Poisson. «… Ablettes. Tanches. Vmhrcs… » II, 481.

Umbrette. Poisson. «… .\lofes. Murènes. Vmhrcttcs… » II, 482.

Umbkine. Poisson. «… Carpes, Brocheis, Dars, Vmbrincs… » III, 380.

Un, Ung. «… d’i'« aureiller, à’igne pantophle, d’vgne gib- befliere… » I, 54-55. «… vn malheur ne vient iamais feul… » 379. «… d’autres gros varlets chafcun portant ung pic à fon col. » 380.

Unes se rapportant à un subs- tantif qui, avec la forme du pluriel, a le sens du singulier. «… vue meffe, mes matines, vues vefpres bien fonneez, font à demy dides. » I, 149. «… Hip- pocrates… elcriuit mes letres à Dionys fon anticque amy, par les quelles le prioit… » II, 156- 157. « lan Cliouart… auoit achapté des moines de fairnfl Olary mes belles Decretales ef- criptes en beau & grand parche- min de Lamballe… François Cornu apothecaire auoit en cor- netz emploiflé vnes Extraua- guantes frippees… » 451. «… elle nous bailla vnes lettres clofes & fcellees… » III, 228. n Depuis n’ay receu de vos let- tres… l’en ay bien receu mes dattées de Lermenaud… » 340. Voir Clément in, Lettre.

D’une grandeur. D’une même grandeur. «… Panurge print deux verres qui l.i eftoient tous deux d’vtie grandeur, » I, 348.

Un, Une. Un homme, une femme. « O iï quelcun euft con-