Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


56

LE CINQVIESME LIVRE.

& ia endurcis au trauail. Car venation eft comme vn limulachre de bataille, & o : iques n’en mincie Xeno- phon, efcrluant élire de la vénerie, comme du cheual de Troye yfTus cous bons chefs de guerre. le ne fuis pas clerc, mais on me l’a die, ie le croy. Les âmes d’iceux, félon l’opinion de Grippe-minaud, après leur more entrent en fangliers, cerfs, cheureaux, hé- rons, perdrix, & autres tels animaux, lefquels auoienc, leur première vie durante, toufiours aimez & cher- chez. Ores ces Chats-fourrez auoir leurs challeaux, terres, dommaines, pofTeflions, rentes & reuenus deftruic & deuoré, encores leurs cherchent-ils le fang & l’ame en l’autre vie. O le gueux de bien qui nous en donna aduercifîement, à l’enfeigne de la mangoire inftablee au deffus du râtelier. Voire-mais, diil Pa- nurge aux voyagers, on a faid crier de par le grand Roy, que perfonne n’euft fur peine de la hart, prendre cerfs, ne biches, fangliers ne cheureaux. Il ell vray, refpoadit vn pour tous. Mais le grand Roy ell tant bon & tant be.iin, ces Chats -fourrez font tant enragez & affamez de fang Chreltien, que moins de peur auons nous ofFeaceais le grand Roy, que d’efpoir n’entre- tenans ces Chats-fourrez par telles corruptions : mef- memeat que demain le Grippe-minaud marie vne fienne Chacce-fourree, auec vn gros Mitouard, chat bien fourré. Au temps paffé on les appelloic Mache- foins, mais las ils n’en mafchenc pl^s. Nous de pre- fenc les nommons mache-leuraux, mache-perdrix, mâche- beccalTes, raache - faifans, mâche- pouUecs, mâche -cheureaux, mache-co.inils, mache-cochons, d’autres viandes ne font alimentez. Bran, bran, dill frère lean, l’année prochaine on les nommera mache- eftrons, mache-foires, mâche- merdes. Me voulez vous croire ? ■ Ouy dea, reipondit la brigade. Faiions,

I