Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


30 LH CINQVIHSME LIVRE.

iours lamentez : iamais n’elles aflbuuis : ie le^confi-

dere prefentemenc. Car ignorance vous tient icy au lia : liez, comme fut le dieu des batailles par l’art de Vulcan, & n’entendez que le deuoir voftre, eftoit d’efpargner de vollre fommeil, point n’efpargner les biens de cefte fameufe lile. Vous deburiez auoir ia fairt trois repas, & tenez cela de moy, que pour manger les viures de l’Ille ionnante fe fault leuer bien matin : les mangeant ils multiplient, les efpar- gnans ils vont en diminution. Fauchez le pré en fa faifon, l’herbe y reuiendra plus drue, & de meil- leure emploifte : ne le faufchez point en peu d’an- nées il ne iera tapiffé que de mouffe. Beuuons amis, beuuons trel1 : ous, les plus maigres de nos oifeaux chantent maintenant tous à nous : nous boirons à eux s’il vous plaift. Beuuons vne, deux, trois, neuf fois, non zelus, fed charitas. Au poinft du iour pareillement nous efueilla pour manger fouppes de prime. Depuis ne fifmes qu’vn repas, lequel dura tout le iour, & ne fcauois fi c’eftoit difner, ou foupper, goufter, ou regoubillonner. Seu- lement par forme d’efbat nous pourmenafmes quel- ques tours par l’Ifle, pour veoir & ouir le ioyeux chant de ces benoifls oifeaux.

Au foir Panurge dill à Aeditue : Seigneur ne vous defplaife, fi ie vous raconte vne hiftoire ioyeufe, laquelle aduint au pays de Chaftelleraudois depuis vingt & trois lunes. Le pallefrenier d’vn gentil- homme au mois d’Auril pourmenoit à vn matin fes grands cheuaux parmy les guerefts : là rencontra vnet gaye bergère, laquelle à l’ombre d’vn buifTonnet fes brebiettes gardoit, enfemble vn afne, & quelque cheure. Deuifant auec elle luy perfuada monter derrière luy en crouppe, vifiter fon efcurie^ & là