Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/348

Cette page n’a pas encore été corrigée


A MONSEIGNEVR DE MAILLEZAIS.

ONs"". le vous efcriuy du xxix^. iour de Nouembre bien ample- ment & vous enuoyay des graines de Naples pour vos lalades de toutes les fortes que l’on mangue de par deçà excepté de pimpi- nelle de laquelle pour lors ie ne peus recouurir. le vous en enuoye prefentement non en grande quantité car pour vne fois ie n’en peux dauantage charger le courrier mais fi plus large- ment en voulez, ou pour vos iardins ou pour don- ner ailleurs, me l’efcriuant ie vous l’enuoyray. le vous auois parauant efcript & enuoyé les quatre fignatures concernantes les bénéfices de feu Dom Philippes impetrez ou nom de ceux que couchiez par vortre mémoire. Depuis n’ay receu de vos lettres qui fiiïent mention d’auoir receu lefdiftes fignatures. l’en ay bien receu vues dattées de Ler- menaud, lors que Madame DeilifTac y pafla, par lef- quelles me efcriuiez de la réception de deux pac- quets que vous auois enuoyé l’vn de Ferrare l’aultre de cette ville auecques le chiffre que vous efcri- uois. Mais à ce que i’entends vous n’auiez encores receu le pacquet ouquel eftoient lefdides fignatures.