Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/307

Cette page n’a pas encore été corrigée


EPISTRE

De maiftre François Rabellays homme de grans lettres Grecques & Latines, à Bouchet, traictant des ymaginations qu’on peut auoir attendant la chofe defirée.

L’Efpoir certain, & parfaicte asseurance
De ton retour, plain de refiouyflance
Que nous donnas à ton partir d’icy,
Nous a tenu iufques ore en foulcy
Afiez facheulx, & trefgriefue ancolye,
Dont noz efpritz tainfts de merencolie
Par longue attente & véhément defir,
Sont de leurs lieux efquelz fouloient gefir
Tant deflochez & haultement rauiz
Que nous cuidons, & fi nous eft aduis,
Qu’heures font iours, & iours plaines années,
Et fiecle entier ces neuf ou dix iournées :
Non pas qu’au vray nous croyons que les aflres
Qui font reiglez permanans en leurs atres
Ayent deuoyé de leur vray mouuement,
Et que les iours telz foient afieurement
Que cil quant print lofué Gabaon,
Car vng tel iour depuis n’arriua on,
Ou que les nuydz croyons eftre femblables
A celle là que racontent les fables.
Quant lupiter de la belle Alcmena