Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/287

Cette page n’a pas encore été corrigée


EPISTRE DV LYMOSIN. 279

D’ennuy-j de foing, d’accident, & naufrage.

Et fi tu es (comme cogitons) fage,

la ne viendras qu’à celle prime vere :

Si ce n’elloit qu’ambition feuere

Deuant tes yeux fe vouliill : prefenter,

Pour tes efprits aulcunement tenter

De grands crédits, faneurs, & honnorences,

Dons gratuits, & grands munificences,

Que tu reçois en l’office auquel funge

Eflant icy. Mais quoy ? Ce n’eft qu’vn fonge ;

Car nous n’auons que la vite, & la vefte,

Et qui pour biens fe iugule, el1 : vray befte.

A tant mettons calce à celte epitlole, Qui de tranfir indague en ton efchole : Où la lime ell : , pour les locutions, Et éloquentes verbocinations Efcorticans la lingue Latiale.

Si obfccrons, que ta calame vale Atramenter chartre papyracee : Pour correfpondre en forme rimaiïee. En quoy faifant compliras le defir De ceulx, qui font prefts te faire plaifir.

Ainfi figné Defbride goufier.

DIXAIN.

Pour indaguer en vocable authentique La purité de la lingue Gallique, ladis immerfe en calligine obfcure, Et profliger la barbarie antique, La renouant en fa candeur attiquc, Chacun y prend foUicitude, & cure.