Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/264

Cette page n’a pas encore été corrigée


256 ALMAKACH POVR LAN 153 3-

efl : machinée par conuenance de Mercure auec Sa- curne, &c. Mais ce font fecrets du conleil ellroit du Roy éternel, qui tout ce qui eft, & qui fe fait, mo- dère à fon franc arbitre & bon plaifir. Lefquels vaut mieux taire & les adorer en filence, comme eft dit Tob. xij. C’eft bien fait de receler le Secret du Roy. Et Dauid le Prophète, pfal. Ixiiij. félon la lettre Chaldaïque, Seigneur Dieu, filence t’appar- tient en Sion, & la railon il dit pfal. xvij. Car il a mis fa retraite en ténèbres. Dont en tous cas il nous conuient humilier, & le prier, ainfy que nous a enfeigné lefus Chrift noftre Seigneur, Que foit fait non ce que nous fouhaitons & demandons, mais ce que luy plaift, & qu’il a eftably deuant que les cieux fuffent formez. Seulement que en tout ■& par tout fon glorieux nom foit fanflifié. Remettans le pardeffus à ce qu’en eft efcrit es Ephemerides éternelles, lefquelles n’eft licite à homme mortel traiter ou cognoiltre, comme eft protefté, Aft. i. Ce n’eft pas à vous de cognoiftre les temps & momens, que le Père a mis en fa puiffance. Et à cette témé- rité eft la peine interminée par le Sage Salomon, Prouerb. 25. Qui eil : perfcrutateur de fa Maiefté, fera opprimé de la mefme, &c…

mm

^