Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/253

Cette page n’a pas encore été corrigée


De l’ejîdt d’aucuns pays.

Chapitre VI.

E noble royaulme de France prol- perera, & triumphera cefte année en tous plaifirs, & délices : telle- ment que les nations étranges voluntiers fe y retireront. Petitz bancquetz, petiiz efbatemens, mille ioyeuletez le y feront^ où vn chef- cun prendra plaifir, on n’y veit oncquestant de vins, ny plus frians, force raues en Lymoufin, force chaf- taignes en Perigot, & Daulphiné, force olyues en Languegoth, force fables en Olone, force poiflbns en la Mer, force eltoilles au ciel, force fel en Brouage, Planté de bledz, legumaiges, fruitages, iardinaiges, beurres, laidaiges. Nulle pefte, nulle guerre, nul ennuy, bren de pouureté, bren de foucy, bren de melancholie, & ces vieulx doubles ducatz, nobles à la rofe, angelotz, aigrefins, royaulx, & moutons à la grand laine, retourneront en vfance, auecques planté de Serapz, & efcuz au foleil. Toutesfois fur le millieu de L’efté, fera à redoubter quelque venue de pufles noires, & cheufTons de la Deuiniere : Adeo