Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/196

Cette page n’a pas encore été corrigée


APPENDICE.

couftume, adiouilant à la fin d’vn chafcun inuita- toire. Crocquez pie. le prcfuppofe que tel eltoic le mot du guet au iour de la bataille, tous en faifoyent leur dehuoir. La pie de Behuart ne retournoit point, elle auoit elle crocquée : de ce fut did en prouerbe commun, Boire d’autant & à grandz traiàz, élire pour vray crocquer la pie. De telles figures à mémoire perpétuelle feift Frapin peindre ion Tinel & falle baffe. Vous la pourrez voir en Angiers fus le tartre fainft Laurent : Celle figure fus voftre breuiaire pofce me feill : penfer qu’il y auoit ie ne fçay quoy plus que breuiarç. Aulfi bien à quel propos me feriez vous prefent d’vn breuiaire } l’en ay (Dieu mercy & vous) des vieulx iufques aux nouueaux. Sus ce doubte ouurant ledift : breuiaire, i’apperceu que c’eftoit vn breuiare, faift par inuention mirificque, & les reigletz touts à propos, auec infcriptions oppor- tunes. Doncques vous voulez qu’à prime ie boiue vin blanc : à tierce, fexte, & nonne, pareillement : à vefpres & compiles, vin clairet. Cela vous appeliez crocquer pie : vrayement vous ne fuftes oncques de mauuaife pie couuez. le y donneray requelle.

Vous dides. Quoy ? Qu’en rien ne vous ay fafché par tous mes liures cy deuant imprimez. Si à ce propos ie vous allègue la fentence d’vn ancien Pan- tagruelifte, encores moins vous fafcheray.

Ce n’eft (did il) louange populaire, Aux princes auoir peu complaire.

Plus dides que le vin du tiers liure ha efté à voftre gouft, & qu’il eft bon. Vray eft, qu’il y en auoit peu, & ne vous plaift ce, que Ion did commu- nément, Vn peu & du bon : plus vous plaift ce, que