Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/180

Cette page n’a pas encore été corrigée


172 LE CINQVIESME LIVRE.

mais c’eftoit vn breuiaire vray, & naturel flalcon plein de vin Phalerne : lequel elle fill tout aualler à Panurge.

Voicy^ dirt Panurge, vn notable chapitre^ & glofe fort autentique : ell ; -ce tout ce que vouloit prétendre le mot de la Bouteille trimegille } l’en luis bien vrayement. Rien plus, refpondit Bacbuc, car Trinch, eft vn mot panomphee, célèbre & entendu de toutes nations, & nous fignifie, beuuez. Vous dites en voftre monde que, fac, eft vocable commun en toute langue, & à bon droit, & iuftement de toutes na- tions receu. Car, comme eft l’Apologue d’Efope, tous humains naifTent vn fac au col, fouffreteux par nature, & mandians l’vn de l’autre. Roy fouz le Ciel tant puifTant n’eft, qui pafTer fe puifte d’autruy : Pauure n’eft tant arrogant, qui pafter fe puifte du riche, voire fuft-ce Hippias le Philofophe, qui faifoit tout. Encores moins fe paiïe Ion de boire qu’on ne fait de fac. Et icy maintenons que non rire, ains boire eft le propre de l’homme : le ne dy boire Amplement & abfolument, car auïïi bien boiuent les beftes : ie dy boire vin bon & frais. Notez, amis, que de vin diuin on deuient : & n’y a argument tant feur, ny art de diuination moins fallace. Vos Académiques l’afferment rendans l’etimologie de vin, lequel ils difent en grec olvoç^ eftre comme vis-force, puif- fance. Car pouuoir il a d’emplir l’ame de toute vérité, tout fauoir &. philofophie. Si auez noté ce qui eft en lettres Ioniques efcrit deiïlis la porte du temple, vous auez peu entendre, qu’en vin eft vérité cachée. La diue Bouteille vous y enuoye : foyez vous mefmes interprètes de voftre encreprinfe. Pof- fible n’eft, dift Pantagruel, mieux dire, que fait cefte vénérable pontife : autant vous en di-ie lors que