Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/141

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE XXXIII. 1 33

magnifique nous commanda manger crois raifms par homme, mettre du pampre en nos Ibuliers, & prendre vne branche verde en main gauche. Au bout du vinoble pafTafmes deflous vn arc antique, auquel eftoic le trophée d’vn beuueur bien mignonnement infculpé : fçauoir eft, en vn lieu long ordre de flaccons, bourraches, bouteilles, fioUes, barils, bar- raux, pots, pintes, femaifes antiques, pendentes d’vne treille ombrageufe. En autre grande quantité d’ails, oignons, efchalottes, iambons, boutargues, parodelles, langues de bœuf fumées, formages vieux, & femblable confiture, entrelaiïee de pampre, & en femble, par grande induftrie fagottees auecques des feps. En autre cent formes de voerres, comme voerres à pied, & voerres à cheual, cuueaux, retombes, hanaps, iadaux, faluernes, taces, gobelets, & telle iemblable artillerie Bacchique. En la face de l’arc deflous le zoophore eftoient ces deux vers infcripts.

Pajfant icy cefte poterne Garny toy de bonne lanterne.

A cela, dift Pantagruel, auons nous pourueu. Car en toute la région de Lanternois, n’y a lanterne meilleure, & plus diuine, que la nollre. Ceftuy arc finiflx)it en vne belle & ample tonnelle, toute faiâe de feps de vignes, aornez de raifms de cinq cens cou- leurs diuerfes, & cinq cens diuerfes formes, non natu- relles, mais ainfi compofees par art d’agriculture, iaunes, bleus, tanez, azurez, blancs, noirs, verds, violets, riolez, piolez, longs, ronds, torangles, couil- lonnez, couronnez, barbus, cabus, herbus. La fin d’icelle eftoit clofe de trois antiques lierres, bien ver- doyans, & tous chargez de bagues. Là nous com- manda nollre illuftriilîme lanterne, de ce lierre chaf-