Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


PREFACE. 5

L’an lubile que tout le monde raire Fadas fe feift eft fupernumeraire Au deflus trente. O peu de reuerence ! Fat il fembloit, mais en perfeuerance De longs breuets, fat plus ne gloux fera, Car le doux fruid de l’herbe efgouflera, Dont tant craignoit la fleur en prime vere.

Vous l’aue^ oy, Vaue^ vous entendu ? Le docteur eji antique j les paroles font Laconiques, les fentences Scotines & oh/cures. Ce nonobftant qu’il traitaft matière de foy profonde & difficile^ les meilleurs interprètes d’iceluy bon pere^ expofent Van luhiU paffant le trentiefme ejlre les années endofes entre cefte aage courante Van mil cinq cens cinquante. Onques ne craindra la Jleur d’icelle. Le monde plus fat ne fera dit^ venant la prime faifon : Les fols y le nombre defquel^ ejl infiny ^ comme attejle Salo- mon. périront enrage^. Et tout efpece de folie ceffera, laquelle eft pareillement innombrable ^ comme diEl Auicenne, maniœ infinitœ funt fpecies. Laquelle durant la rigueur hibernale eftoit au centre répercutée y apparoift en la cir- conferancey C eft en cefues comme les arbres. L’expé- rience nous le demonftre^ vous le fcaue-^^ vous le voye : ^. Et fut iadis exploré par le grand bon homme Hipocrates Aphor. verœ etenim maniœ ÇS’c. Le monde donques enfa- giffant plus ne craindra la Jleur des febues en la prime vere y c’eft à dire, comme pouue’^ le voirre au poings & les larmes à Vceil pitoiablement croire ^ en carefme. Vn tas de Hures qui fembloient Jlorides^ Jlorulens, Jloris comme beaux papillons ^ mais au vray eftoient ennuyeux, faf- cheuXy dangereux, efpineux & ténébreux, comme ceux d’Heraclitus, obfcurs comme les nombres de Pythagorasj