Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 03.djvu/104

Cette page n’a pas encore été corrigée


ç6 LE CINQVIESME LIVRE

de la route de ion armée fut par l’intonation de la mulique euoquee & le mill des premières en camp auec vn Archer & vn Cheualier & peu s’en faillit qu’elle ne lurprint le Roy argenté en fa tante au mil- lieu de les officiers. Depuis voyant fon entreprinfe defcouuerte s’efcarmoucha parmy la trouppe. & tant defconfit de Nymphes argentées & autres officiers, que c’eftoit cas pitoiable les voir. Vous euffiez dit que ce fut vne autre Panthaiilee Amazone foudroyante par le camp des Grégeois, mais peu dura ceiluy efclandre, car les argentées fremiiïaus à la perte de leurs gens, diffimulans toutefois leur dueil, luy dref- ferent occultement en embulcade vn Archer en angle lointain, & vn Cheualier errant, par lefquels elle fut prinfe & mife hors le camp. Le relie fat bien toft deffait. Elle fera vne autre fois mieux aduifee : près de fon Roy le tiendra, tant loin ne s’eicartera, & ira quand aller faudra, bien autrement accompagnée. Là donques relièrent les argentez vainqueurs, comme deuant.

Pour le tiers & dernier bal, le tindrent en pieds les deux bandes, comme deuant, & me lemblerent porter vilage plus gay & délibéré, qu’es deux prece- dens. Et fut la mulique ferrée en la mefure plus que de hemiole, & intonation Phrygienne & bellique, comme celle qu’inuenta iadis Marfyas.Adonques com- mencèrent tournoyer, & entrer en combat, auec telle légèreté, qu’en vn temps de la mufique ils faifoient quatre delmarches, auec les reuerences de tours com- petans, comme auons dit delTus : de mode que ce n’eftoient que faux, gambades & voltigemens petau- riftiques, entrelalTez les vns parmy les autres. Et les voyans fus vn pied tournoyer, après la reuerence faite, les comparions au mouuement d’vne Rhombe