Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
83
chapitre xvi.


ne meritast le nom, quel interest encourrez vous avecques elle conferent de vostre perplexité ? entendu mesmement qu’elle est en estimation de plus sçavoir, plus entendre, que ne porte l’usance ne du pays, ne du sexe. Que nuist sçavoir tousiours, & tousiours aprendre, feust ce d’un sot, d’un pot, d’une guedoufle, d’une moufle, d’une pantoufle ? Vous soubvieigne que Alexandre le grand : ayant obtenu victoire du roy Darie en Arbelles, præsens les Satrapes quelque foys refusa audience à un compaignon, puys en vain mille & mille foys s’en repentit. Il estoit en Perse victorieux, mais tant esloigné de Macedonie son royaulme hereditaire, que grandement se contristoit, par non povoir moyen aulcun inventer d’en sçavoir nouvelles : tant à cause de l’enorme distance des lieux, que de l’interposition des grands fleuves, empeschement des desers, & obiection des montaignes. En cestuy estrif & soigneux pensement, qui n’estoit petit, (Car on eust peu son pays & royaulme occuper, & là installer Roy nouveau & nouvelle colonie long temps davant que il en eust advertissement pour y obvier) davant luy se presenta un home de Sidoine, marchant petit, & de bon sens, mais au reste assez pauvre & de peu d’apparence, luy denonceant & affermant avoir chemin & moyen inventé, par lequel son pays pourroit de ses victoires Indianes, puy de l’estat de Macedonie & Ægypte estre en moins de cinq iours asçavanté. Il estima la promesse tant abhorrente & impossible, qu’oncques l’aureille prester ne luy voulut, ne donner audience. Que luy eust cousté ouyr & entendre ce que l’homme avoit inventé. Quelle nuisance, quel dommaige eust il encouru pour sçavoir quel estoit le moyen, quel estoit le chemin, que l’homme luy vouloit demonstrer ? Nature me semble non sans cause