Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Pantagruel conseille à Panurge de conferer avecques une Sibylle de Panzoust.

Chapitre XVI.



Peu de temps après Pantagruel manda querir Panurge, & luy dist. L’amour que ie vous porte inveteré par succession de longs temps me sollicite de penser à vostre bien & profict. Entendez ma conception : On m’a dict que à Panzoust près le Croulay, est une Sibylle tresinsigne, laquelle prædict toutes choses futures : prenez Epistemon de compaignie, & vous transportez devers elle, & oyez de ce que vous dira. C’est (dist Epistemon) par adventure une Canidie, une Sagane, une Phitonisse & sorcière. Ce que me le faict penser, est que celluy lieu est en ce nom diffamé, qu’il abonde en sorcières plus que ne feit oncques Thessalie. Ie ne iray pas voluntiers. La chose est illicite & defendue en la loy de Moses. Nous (dist Pantagruel) ne sommez mie Iuifz, & n’est chose confessée ne averée que elle soit sorcière. Remettons à vostre retour le grabeau & belutement de ces matières. Que sçavons nous si c’est une unzième Sibylle : une seconde Cassandre ? Et ores que Sibylle ne feust, & de Sibylle