Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
68
le tiers livre.


ioyeuse Aurore aux doigtz rosatz dechassera les tenèbres nocturnes, adonnez vous à songer parfondement. Ce pendent despouillez vous de toute affection humaine : d’amour, de haine, d’espoir, & de craincte. Car comme iadis le grand vaticinateur Proteus estant desguisé & transformé en feu, en eau, en tigre, en dracon, & aultres masques estranges ne prædisoit les choses advenir : pour les prædire force estoit, qu’il feust restitué en sa propre & naïfve forme : aussi ne peult l’home recepvoir divinité, & art de vaticiner, sinon lors que la partie qui en luy plus est divine (c’est Νοῦς & Mens) soit coye, tranquille, paisible, non occupée ne distraicte par raisons & affections foraines.

Ie le veulx, dist Panurge. Fauldra il peu ou beaucoup soupper à ce soir ? Ie ne le demande sans cause. Car si bien & largement ie ne souppe, ie ne dors rien qui vaille, la nuict ne foys que ravasser, & autant songe creux que pour lors restoit mon ventre. Poinct soupper (respondit Pantagruel) seroit le meilleur, attendu vostre bon en poinct & habitude. Amphiarus vaticinateur antique vouloit ceulx qui par songes recepvoient les oracles, rien tout celluy iour ne manger, & vin ne boyre troys iours davant. Nous ne userons de tant extreme, & rigoureuse diæte. Bien croy ie l’homme replet de viandes & crapule, difficilement concepvoir notice des choses spirituelles : ne suys toutesfoys en l’opinion de ceulx qui après longs & obstinez ieusnes cuydent plus avant entrer en contemplation des choses celestes. Souvenir assez vous peut comment Gargantua mon père (lequel par honneur ie nomme) nous a souvent dict, les escriptz de ces hermites ieusneurs autant estre fades, ieiunes, & de maulvaise salive, comme