Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Pantagruel conseille Panurge prevoir l’heur ou le malheur de son mariage par songes.

Chapitre XIII.



Or puys que ne convenons ensemble en l’exposition des sors Virgilianes, prenons aultre voye de divination. Quelle ? (demanda Panurge), Bonne, (respondit Pantagruel) antique, & authenticque, c’est par songes. Car en songeant avecques conditions les quelles descripvent Hippocrates lib. περὶ ἐνυπνίων, Platon, Plotin, Iamblicque, Synesius, Aristoteles, Xenophon, Galen, Plutarche, Artemidorus Daldianus, Herophilus, Q. Calaber, Theocrite, Pline, Atheneus, et aultres, l’ame souvent prevoit les choses futures. Ià n’est besoing plus au long vous le prouver. Vous l’entendez par exemple vulguaire, quand vous voyez lors que les enfans bien nettiz, bien repeuz, & alaictez, dorment profondement, les nourrices s’en aller esbattre en liberté, comme pour icelle heure licentiées à faire ce que vouldront, car leur presence autour du bers sembleroit inutile. En ceste façon nostre ame lors que le corps dort, & que la concoction est de tous endroictz parachevée, rien plus n’y estant necessaire iusques au