Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
55
chapitre x.


C’est Apollo, qui feut pour mot du guet le iour d’icelle bataille. Aussi par sors Virgilianes ont esté congneues anciennement & preveues choses insignes, & cas de grande importance : voire iusques à obtenir l’empire Romain, comme advint à Alexandre Sevère, qui rencontra en ceste manière de sort ce vers escript, Æneid. 6.

Tu regere imperio populos, Romane, memento.
Romain enfant quand viendras à l’Empire,
Regiz le monde en sorte qu’il n’empire.

Puys feut après certaines années realement & de faict créé Empereur de Rome. En Adrian empereur Romain, lequel estant en doubte & poine de sçavoir quelle opinion de luy avoit Traian, & quelle affection il luy portoit, print advis par sors Virgilianes, & rencontra ces vers, Eneid. 6.

Quid procul ille autem ramis insignis oliuæ
Sacra ferens ? nosco crines, incanaque menta
Regis Romani.

Qui est cestuy qui là loing en sa main,
Porte rameaulx d’olive, illustrement ?
A son gris poil & sacré acoustrement,
Ie recongnois l’antique Roy Romain.

Puys feut adopté de Traian, & luy succeda à l’Empire.

En Claude second empereur de Rome bien loué : au quel advint par sort ce vers escript. 6. Æneid.

Tertia dum Latio regnantem viderit æstas.
Lors que t’aura regnant manifesté
En Rome & veu tel le troiziesme æsté.

De faict il ne regna que deux ans. A icelluy