Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
50
le tiers livre.


escript, Veh soli. L’homme seul n’a iamais tel soulas qu’on veoyd entre gens mariez. Mariez vous doncq de par Dieu, respondit Pantagruel.

Mais si (dist Panurge) ma femme me faisoit coqu, comme vous sçavez qu’il en est grande année, ce seroit assez pour me faire trespasser hors les gonds de patience. I’ayme bien les coquz, & me semblent gens de bien, & les hante voluntiers : mais pour mourir ie n’en vouldroys estre. C’est un poinct qui trop me poingt. Poinct doncques ne vous mariez : (respondit Pantagruel) Car la sentence de Senecque est veritable hors toute exception. Ce qu’à aultruy tu auras faict, soys certain qu’aultruy te fera. Dictez vous, demanda Panurge, cela sans exception ? Sans exception il le dict, respondit Pantagruel. Ho ho (dist Panurge) de par le petit diable. Il entend en ce monde, ou en l’aultre.

Voyre mais puis que de femme ne me peuz passer en plus qu’un aveugle de baston (Car il faut que le virolet trote, aultrement vivre ne sçauroys) n’est ce le mieulx que ie me associe quelque honneste & preude femme, qu’ainsi changer de iour en iour avecques continuel dangier de quelque coup de baston, ou de la verolle pour le pire ? Car femme de bien oncques ne me feut rien. Et n’en desplaise à leurs mariz. Mariez vous doncq de par Dieu, respondit Pantagruel.

Mais si, dist Panurge, Dieu le vouloit, & advint que i’esposasse quelque femme de bien, & elle me bastist, ie seroys plus que tiercelet de Iob, si ie n’enrageois tout vif. Car l’on m’a dict, que ces tant femmes de bien ont communement maulvaise teste, ausi ont elles bon vinaigre en leur mesnaige. Ie l’auroys encore pire, & luy batteroys tant & trestant