Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Panurge se conseille à Pantagruel pour sçavoir s’il se doibt marier.

Chapitre IX.



Pantagruel rien ne replicquant, continua Panurge, & dist avecques un profond soupir. Seigneur vous avez ma deliberation entendue, qui est me marier, si de malencontre n’estoient tous les trouz fermez, clous, & bouclez. Ie vous supply par l’amour, que si longtemps m’avez porté, dictez m’en vostre advis. Puis (respondit Pantagruel) qu’une foys en avez iecté le dez, & ainsi l’avez decreté, & prins en ferme deliberation, plus parler n’en fault, reste seulement la mettre à execution.

Voyre mais (dist Panurge) ie ne la vouldrois executer sans vostre conseil & bon advis. I’en suis (respondit Pantagruel) d’advis, & vous le conseille. Mais (dist Panurge) si vous congnoissiez, que mon meilleur feust tel que ie suys demeurer, sans entreprendre cas de nouvelleté, i’aymerois mieulx ne me marier poinct. Point doncques ne vous mariez, respondit Pantagruel. Voire mais (dist Panurge) vouldriez vous qu’ainsi seulet ie demeurasse toute ma vie sans compaignie coniugale ? Vous savez qu’il est