Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/510

Cette page n’a pas encore été corrigée
502
le quart livre.


pippes de vin, par faire les sruvenens & domesticques boyre avant qu’ilz ayent soif.) Car, dist Pantagruel continuant, comme les Chameaulx & Dromodaires en la Caravane boyvent pour la soif passée, pour la soif præsente, & pour la soif future, ainsi feist Hercules. De mode que par cestuy excessif haulsement de temps advint au Ciel nouveau mouvement de titubation & trepidation tant controvers & debatu entre les folz Astrologues.

C’est, dist Panurge, ce que l’on dict en proverbe commun.

Le mal temps passe, & retourne le bon,
Pendent qu’on trinque au tour de gras iambon.

Et non seulement, dist Pantagruel, repaissans & beuvans avons le temps haulsé, mais aussi grandement deschargé la navire : non en la façon seulement, que feut deschargée la corbeille de Æsope, sçavoir est vuidans les victuailles, mais aussi nous emancipans de ieusne. Car comme le corps plus est poisant mort que vif, aussi est l’home ieun plus terrestre & poisant, que quand il a beu & repeu. Et ne parlent improprement ceulx qui par lon voyage au matin beuvent & desieunent, puys disent. Nos chevaulx n’en iront que mieulx. Ne sçavez vous que iadis les Amycléens sus tous Dieux reveroient & adoroient le noble père Bacchus, & le nommoient Psila en propre & convenente denomination ? Psila en langue Doricque signifie aesles. Car comme les oyseaulx par ayde de leurs aesles volent hault en l’air legierement : ainsi par l’ayde de Bacchus, c’est le bon vin friant & delicieux, sont hault elevez les espritz des humains : leurs corps evidentement alaigriz : & assouply ce que en eulx estoit terrestre.