Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/460

Cette page n’a pas encore été corrigée
452
le quart livre.


tes, gonnelles, verdugualles. Groignet cuydant tailler une cappe, tailloit la forme d’une braguette. En lieu d’un sayon tailloit un chapeau à prunes succées. Sus la forme d’un cazaquin tailloit une aumusse. Sus le patron d’un pourpoinct tailloit la guise d’une paele. Ses varletz l’avoir cousue, la deschicquetoient par le fond. Et sembloit d’une paele à fricasser chastaignes. Pour un collet faisoit un brodequin. Sur le patron d’une verdugualle tailloit une barbutte. Pensant faire un manteau faisoit un tabourin de Souisse. Tellement que le paouvre home par iustice feut condemné à payer les estoffes de tous ses challans : & de præsent en est au saphran.

Punition (dist Homenaz) & vengeance divine.

A Cahuzac (dist Gymnaste) feut pour tirer à la butte partie faicte entre les seigneurs d’Estissac, & vicomte de Lausun. Perotou avoit depecé unes demies Decretales du bon canonge La carte, & des feueilletz avoit taillé le blanc pour la butte. Ie me donne, ie me vends, ie me donne à travers tous les Diables, si iamais harbalestier du pays (les quelz sont supellatifz en toute Guyenne) tira traict dedans. Tous feurent coustiers. Rien du blanc sacrosainct barbouillé ne feut, depucellé, ne entommé. Encores Sansornin l’aisné qui guardoit les guaiges, nous iuroit Figues dioures (son grand serment) qu’il avoit veu apertement, visiblement, manifestement le pasadouz de Carquelin droict entrant dedans la grolle au milieu du blanc, sus le poinct de toucher & s’enfoncer s’estre escarté loing d’une toise coustier vers le fournil.

Miracle (s’escria Homenaz) miracle, miracle. Clerice, esclaire icy. Ie boy à tous. Vous me semblez vrays Christians.

A ces motz les filles commencèrent ricasser entre elles. Frère Ian hannissoit du bout