Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/455

Cette page n’a pas encore été corrigée




Or notez Beuveurs, que durant la messe sèche de Homenaz, trois manilliers de l’Ecclise chascun tenant un grand bassin en main, se pourmenoient parmy le peuple disans à haulte voix.

N’oubliez les gens heureux, qui le ont veu en face.

Sortans du temple ilz apportèrent à Homenaz leurs bassins tous pleins de monnoye Papimanicque. Homenaz nous dist, que c’estoit pour faire bonne chère. Et que ceste contribution & taillon l’une partie seroit employée à bien boyre, l’aultre à bien manger, suyvant une mirificque glosse cachée en un certain coingnet de leurs sainctes Decretales. Ce que feut faict, & en beau cabaret assez retirant à celluy de Guillot en Amiens. Croyez que la repaisaille feut copieuse, & les beuvettes numereuses.

En cestuy dipner ie notay deux choses memorables : L’une que viande ne feut apportée, quelle que feust, feussent chevreaulx, feussent chappons, feussent cochons, (des quelz y a foizon en Papimanie) feussent pigeons, connilz, levraulx, cocqs de Inde, ou aultres,