Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
23
chapitre v.


demange. Car dorenavant estant quitte quelle contenence auray ie ? Croiez que ie auray maulvaise grace pour les premiers moys, veu que ie n’y suis ne nourry ne accoustumé. I’en ay grand paour. D’adventaige desormais ne naistra ped en tout Salmiguondinoys, qui ne ayt son renvoy vers mon nez. Tous les peteurs du monde petans disent. Voy la pour les quittes. Ma vie finera bien toust, ie le prævoy. Ie vous recommande mon Epitaphe : Et mourray tout confict en pedz. Si quelque iour pour restaurant à faire peter les bonnes femmes, en extreme passion de colicque venteuse, les medicamens ordinaires ne satisfont aux medicins, la momie de mon paillard & empeté corps leur fera remède præsent. En prenent tant peu que direz, elles peteront plus qu’ilz n’entendent. C’est pourquoy ie vous prirois voluntiers que de debtes me laissez quelque centurie : comme le roy Loys unzième iectant hors de procès Miles d’Illiers eveesque de Chartres, feut importuné luy en laisser quelque un pour se exercer. I’ayme mieux leur donner toute ma Cacquerolière, ensemble ma Hannnetonnière : rien pourtant ne deduisant du sort principal. Laissons (dist Pantagruel) ce propos, ie vous l’ay ià dict une foys.