Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/440

Cette page n’a pas encore été corrigée


De ressieuner il s’est abstenu depuys qu’il eut sa forte colicque, provenente à cause que es contrées Boreales l’on avoit ses nourissons vivandiers, charbonniers, & chaircuitiers oultragé villainement. Il souppe tresbien des marchans usuriers, apothecaires, faulsaires, billonneurs, adulterateurs de marchandises. Et quelques foys qu’il est en ses bonnes, reguobillonne de chambrières, les quelles avoir beu le bon vin de leurs maistres remplissent le tonneau d’eaue puante. Travaille villain, travaille. Ie voys tenter les escholiers de Trebizonde, laisser pères & mères, renoncer à la police commune, soy emanciper des edictz de leur Roy, vivre en liberté soubterraine, mespriser un chascun, de tous se mocquer, & prenans le beau & ioyeulx petit beguin d’innocence Poeticque, soy tous rendre Farfadetz gentilz.