Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/411

Cette page n’a pas encore été corrigée
403
chapitre xxxvii.


alleguer ce que advint à L. Paulus Æmylius, lors que par le senat Romain feut esleu Empereur, c’est à dire chef de l’armée, qu’ilz envoyoient contre Perses roy de Macedonie. Icelluy iour sus le soir retournant en sa maison pour soy aprester au deslogement, baisant une siene fille nommée Tratia, advisa qu’elle estoit aulcunement triste.

Qui a il, (dist il) ma Tratia ? Pourquoy es tu ainsi triste & faschée ?

Mon père (respondit elle) Persa est morte.

Ainsi nommoit elle une petite chiene, qu’elle avoit en delices. A ce mot print Paulus asceurance de la victoire contre Perses. Si le temps permettoit que puissions discourir par les sacres bibles des Hebreux, nous trouverions evidemment cent passages insignes nous monstrans evidemment en quelle observance & religion leurs estoient les noms propres avecques leurs significations.

Sus la fin de ce discours arrivèrent les deux coronelz accompaignez de leurs soubdars tous bien armez, & bien deliberez. Pantagruel leurs feist une briefve remonstrance, à ce qu’ilz eussent à soy monstrer vertueux au combat, si par cas estoient contraincts (car encores ne povoit il croire que les Andouilles feussent si traistresses) avecques defense de commencer le hourt : & leur bailla Mardigras pour mot du guet.