Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
33
chapitre iiii.


comprinses toutes espèces des alimens. Et de ce est dict le companage en langue Goth. Pour icelles trouver, præparer, & cuire, travaillent les mains, cheminent les piedz, & portent toute ceste machine : les œilz tout conduisent. L’appetit en l’orifice de l’estomach moyennant un peu de melancholie aigrette, que luy est transmis de la ratelle, admonneste de enfourner viande. La langue en faict l’assay : les dens la maschent : l’estomach la reçoit, digère & chylifie. Les vènes mesaraïcques en sugcent ce qu’est bon & idoine : delaissent les excremens. Les quelz par vertu expulsive sont vuidez hors par exprès conduictz : puys la portent au foye. Il la transmue derechef, & en faict sang. Lors quelle ioye pensez vous estre entre ces officiers, quand ils ont veu ce ruisseau d’or, qui est leur seul restaurant ? Plus grande n’est la ioye des Alchymistes, quand après longs travaulx, grand soin & despense, ilz voyent les metaulx transmuez dedans leurs fourneaulx. Adoncques chascun membres se præpare & s’esvertue de nouveau à purifier & affiner cestuy thesaur. Les roignons par les vènes mulgentes en tirent l’aiguosité, que vous nommez urine, & par les uretères la decoullent en bas. Au bas trouve receptacle propre, c’est la vessie, laquelle en temps oportun la vuide hors. La ratelle en tire le terrestre, & la lie, que vous nommez melancholie. La bouteille du fiel en soubstrait la cholère superflue. Puys est transporté en une autre officine pour mieulx estre affiné, c’est le Cœur. Lequel par ces mouvemens diastolicques & systolicques le subtilie & enflambe, tellement que par le ventricule dextre le met à perfection, & par les vènes l’envoye à tous les membres. Chascun membre l’attire à soy, & s’en alimente à sa guise : pieds,