Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
32
le tiers livre.


bons, tous seront beaulx, tous seront iustes. O monde heureux. O gens de cestuy monde heureux. O beatz troys & quatre foys. Il m’est advis que ie y suis. Ie vous iure le bon Vraybis, que si cestuy monde, beat monde ainsi à un chascun prestant, rien ne refusant eust Pape foizonnant en Cardinaulx, & associé de son sacré colliège, en peu d’années vous y voiriez les sainctz plus druz, plus miraclificques, à plus de leçons, plus de veuz, plus de bastons, & plus de chandelles, que ne sont tous ceulx des neufz eveschez de Bretaigne. Exceptez seulement sainct Ives. Ie vous prie considerez comment le noble Patelin voulant deifier & par divines louenges mettre iusques au tiers ciel le père de Guillaume Iousseaulme, rien plus ne dist sinon,

Et si prestoit,
Ses denrées, à qui en vouloit.

O le beau mot. A ce patron figurez vous nostre microcosme, id est, petit monde, c’est l’homme, en tous ses membres, prestans, empruntans, doibvans, c’est à dire en son naturel. Car nature n’a créé l’home que pour prester & emprunter. Plus grande n’est l’harmonie des cieux, que sera de sa police. L’intention du fondateur de ce microcosme, est y entretenir l’ame, laquelle il y a mise comme hoste : & la vie. La vie consiste en sang. Sang est le siège de l’ame. Pourtant un seul labeur poine en ce monde, c’est forger sang continuellement. En ceste forge sont tous membres en office propre : & est leur hierarchie telle que sans cesse l’un de l’autre emprunte, l’un à l’autre preste, l’un à l’autre est debteur. La matière & metal convenable pour estre en sang transmué, est baillée par nature : Pain & Vin. En ces deux sont