Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/366

Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment après la tempeste Pantagruel descendit es isles des Macræons.

Chapitre XXV.



Svs l’instant nous descendismez au port d’une isle laquelle on nommoit l’isle des Macræons. Les bonnes gens du lieu nous repceurent honnorablement. Un vieil Macrobe (ainsi nommoient ilz leur maistre eschevin) vouloit mener Pantagruel en la maison commune de la ville pour soy refraischir à son aise, & prandre sa refection. Mais il ne voulut partir du mole que tous ses gens ne feussent en terre. Après les avoir recongneuz, commenda chascun estre mué de vestemens, & toutes les munitions des naufz estre en terre exposées, à ce que toutes les chormes feissent chère lie. Ce que feut incontinent faict. Et Dieu sçayt comment il y fut beu & guallé. Tout le peuple du lieu apportoit vivres en abondance. Les Pantagruelistes leurs en donnoient d’adventaige. Vray est que leurs provisions estoient aulcunement endommaigées par la tempeste præcedente. Le repas finy Pantagruel pria un chascun soy mettre en office & debvoir pour reparer le briz. Ce que feirent, & de bon hayt. La