Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/348

Cette page n’a pas encore été corrigée
340
le quart livre.


oncle, mon tout. L’eau est entrée en mes souliers par le collet. Bous, bous, bous, paisch. hu, hu. hu, ha ha. ha. ha. ha. Ie naye. Zalas, Zalas, hu, hu. hu, hu, hu, hu. Bebe bous, bous bobous, bobous, ho, ho, ho, ho, ho. Zalas, Zalas, A ceste heure soys bien apoinct l’arbre forchu, les pieds à mont, la teste en bas. Pleust à Dieu que præsentement ie feusse dedans la Orque des bons & beatz pères Concilipètes les quelz ce matin nous rencontrasmes, tant devotz, tant gras, tant ioyeulx, tant douilletz, & de bonne grace. Holos, holos, holos, Zalas, Zalas, ceste vague de tous les Diables (mea culpa Deus) ie diz ceste vague de Dieu enfondrera nostre nauf. Zalas frère Ian mon père, mon amy, confession. Me voyez cy à genoulx. Confiteor, vostre saincte benediction.

Vien pendu au Diable (dist frère Ian) icy nous ayder, de par trente Legions de Diables, vien. Viendra il ?

Ne iurons poinct (dist Panurge) mon père, mon amy, pour ceste heure. Demain tant que vouldrez. Holos, holos. Zalas, nostre nauf prent eau, ie naye, Zalas, Zalas. Be be be be be bous, bous, bous, bous. Or sommes nous au fond. Zalas, Zalas. Ie donne dixhuict cent mille escuz de intrade à qui me mettra en terre, tout foireux & tout breneux comme ie suys, si oncques home feut en ma patrie de bren. Confiteor. Zalas, un petit mot de testament, ou Codicille pour le moins.

Mille Diables (dist frère Ian) saultent on corps de ce coqu. Vertus Dieu parle tu de testament à ceste heure que sommes en dangier, & qu’il nous convient evertuer, ou iamais plus. Viendras tu, ho Diable ? Comite, mon mignon : O le gentil Algousan, deça Gymnaste, icy sus l’estanterol. Nous sommes, par la