Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/344

Cette page n’a pas encore été corrigée
336
le quart livre.


neau sus la pouppe, & prevoiant un tyrannicque grain & fortunal nouveau commenda tous estre à l’herte tant nauchiers, fadrins, & mousses, que nous aultres voyagiers : feist mettre voiles bas, meiane, contremeiane, Triou, Maistralle, Epagon. Civadière : feist caller les Boulingues, Trinquet de prore, & trinquet de gabie, descendre le grand Artemon, & de toutes les antemnes ne rester que les grizelles & coustières.

Soubdain la mer commença s’enfler & tumultuer du bas abysme, les fortes vagues batre les flans de nos vaisseaulx, le Maistral accompaigné d’un cole effrené, de noires Gruppases de terribles Sions, de mortelles Bourrasques, siffler à travers nos antemnes. Le ciel tonner du hault, fouldroyer, esclairer, pluvoir, gresler, l’air perdre sa transparence, devenir opacque, tenebreux & obscurcy, si que aultre lumière ne nous apparoissoit que des fouldres, esclaires, & infractions des flambantes nuées : les categides, thielles, lelapes & pestères enflamber tout au tour de nous par les psoloentes, arges, elicies, & aultres eiaculations etherées, nos aspectz tous estre dissipez & perturbez, les horrificques Typhones suspendre les montueuses vagues du courrant. Croyez que ce nous sembloit estre l’antique Cahos on quel estoient feu, air, mer, terre, tous les elemens en refraictaire confusion.

Panurge ayant du contenu de son estomach bien repeu les poissons scatophages, restoit acropy sus le tillac tout affligé, tout meshaigné, à demy mort, invocqua tous les benoistz saincts & sainctes à son ayde, protesta de soy confesser en temps & lieu, puys s’escria en grand effroy disant. Maigor dome hau, mon amy, mon père, mon oncle, produisez un peu