Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/309

Cette page n’a pas encore été corrigée


ce manche est encoingné. Mais seroit ce point la grande manche que demandent les courtisanes Romaines ? Ou un cordelier à la grande manche.

Passant oultre ie veids un averlant qui saluant son alliée, l’appella mon matraz, elle le appeloit mon lodier. De faict il avoit quelques traictz de lodier lourdault. L’un appelloit une aultre ma mie, elle l’appelloit ma crouste. L’une une aultre appelloit sa palle, elle l’appelloit son fourgon. L’un une aultre appelloit ma savatte, elle le nommoit pantophle. L’un un aultre nommoit ma botine, elle l’appelloit son estivallet. L’un une aultre nommoit sa mitaine, elle nommoit mon guand. L’un une aultre nommoit sa couane, elle l’appelloit son lard. Et estoit entre eulx, parenté de couane de lard. En pareille alliance, l’un appelloit une sienne mon homelaicte, elle le nommoit mon œuf. Et estoient alliez comme une homelaicte d’œufz. De mesmes un aultre appelloit une sienne ma trippe, elle l’appelloit son fagot. Et oncques ne peuz sçavoir quelle parenté, alliance, affinité, ou consanguinité feust entre eulx, la raportant à nostre usaige commun, si non qu’on nous dict, qu’elle estoit trippe de ce fagot. Un aultre saluant une sienne disoit. Salut mon escalle. Elle respondit. Et à vous mon huytre.

C’est (dist Carpalim) une huytre en escalle.

Un aultre de mesmes saluoit une sienne disant. Bonne vie ma gousse. Elle respondit. Longue à vous mon poys.

C’est (dist Gymnaste) un poys en gousse.

Un aultre grand villain clacquedens monté sus haultes mulles de boys rencontrant une grosse, grasse, courte, guarse luy dist. Dieu guard mon sabbot, ma trombe, ma touppie. Elle luy respondit fierement. Guard pour guard mon fouet.

Sang sainct gris, dist Xenomanes, est il