Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/302

Cette page n’a pas encore été corrigée
294
le quart livre.


mon voisin, dignement loué les membres internes ? L’espaule, les esclanges, les gigotz, le hault cousté, la poictrine, le faye, la ratelle, les trippes, la guogue, la vessye, dont on ioue à la balle. Les coustelettes dont on faict en Pygmion les beaulx petitz arcs pour tirer des noyaulx de cerise contre les Grues. La teste dont avecques un peu de soulphre on faict une mirificque decoction pour faire viander les chiens consitppez du ventre ?

Bren bren (dist le patron de la nauf au marchant) c’est trop icy barguigné. Vends luy si tu veulx. Si tu ne veulx : ne l’amuse plus.

Ie le veulx (respondit le marchant) pour l’amour de vous. Mais il en payera trois livres tournois de la pièce en choisissant.

C’est beaucoup, dist Panurge. En nos pays i’en auroys bien cinq, voire six pour telle somme de deniers. Advisez que ce ne soit trop. Vous n’estez le premier de ma congnoissance, qui trop toust voulent riche devenir & parvenir, est à l’envers tombé en paouvreté : voire quelque foys s’est rompu le coul.

Tes fortes fiebvres quartaines (dist le marchant) lourdault sot que tu es. Par le digne veu de Charrous, le moindre de ces moutons vault quatre foys plus que le meilleur de ceulx que iadis les Coraxiens en Tuditanie contrée d’Hespaigne vendoient un talent d’Or la pièce. Et que pense tu O sot à la grande paye, que valoit un talent d’or ?

Benoist monsieur, dist Panurge, vous eschauffez en vostre harnois, à ce que ie voy & congnois. Bien tenez, voyez là vostre argent.

Panurge ayant payé le marchant choisit de tout le trouppeau un beau & grand mouton, & le emportoit cryant & bellant, oyant tous les aultres & ensemblement bellans, & reguardans quelle part on menoit leur compaignon. Ce