Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/297

Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment le debat appaisé Panurge marchande avecques Dindenault un de ses moutons.

Chapitre VI.



Ce debat du tout appaisé Panurge dist secretement à Epistemon & à frère Ian. Retirez vous icy un peu à l’escart, & ioyeusement passez temps ce que voirez. Il y aura bien beau ieu, si la chorde ne rompt. Puys se addressa au marchant, & de rechef beut à luy plein hanat de bon vin Lanternoys. Le marchant le pleigea guaillard, en toute courtoisie & honesteté. Cela faict Panurge devotement le prioyt luy vouloir de grace vendre un de ses moutons.

Le marchant luy respondit. Halas halas mon amy, nostre voisin comment vous sçavez bien trupher des paouvres gens. Vrayement vous estez un gentil chalant. O le vaillant achapteur de moutons. Vraybis vous portez le minoys non mie d’un achapteur de moutons, mais bien d’un couppeur de bourses. Deu Colas, faillon qu’il feroit bon porter bourse pleine auprès de vous en la tripperie sus le degel ? Han, han, qui ne vous congnoistroyt, vous feriez bien des vostres. Mais voyez hau bonnes gens, comment il taille de l’historiographe.

Patience (dist Panurge)