Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/291

Cette page n’a pas encore été corrigée
283
chapitre iiii.


priseroit & oubliroit le benefice. Estant doncques opprimé d’obligations infinies toutes procrées de vostre immense benignité, & impotent à la minime partie de recompense, ie me saulveray pour le moins de calumnie, en ce que de mes espritz n’en sera à iamais la memoire abolie : & ma langue ne cessera confesser & protester que vous rendre graces condignes est chose transcendente ma faculté & puissance.

Au reste i’ay ceste confiance en la commiseration & ayde de nostre Seigneur, que de ceste nostre peregrination la fin correspondera au commencement : & sera le totaige en alaigresse & santé perfaict. Ie ne fauldray à reduire en commentaires & ephemerides tout le discours de nostre naviguaige : affin que à nostre retour vous en ayez lecture veridicque. I’ay icy trouvé un Tarande de Scythie, animal estrange & merveilleux à cause des variations de couleur en sa peau & poil, scelon la distinction des choses prochaines. Vous le prendrez en gré. Il est autant maniable & facile à nourir qu’un aigneau. Ie vous envoie pareillement troys ieunes Unicornes plus domesticques & apprivoisées, que ne seroient petitz chattons. I’ay conferé avecques l’escuyer, & dict la manière de les traicter. Elles ne pasturent en terre, obstant leur longue corne on front. Force est que pasture elles prènent es arbres fruictiers, ou en rattelliers idoines, ou en main, leurs offrant herbes, gerbes, pommes, poyres, orge, touzelle : brief toutes espèces de fruictz & legumaiges. Ie m’esbahis comment nos escrivains antiques les disent tant farouches, feroces, & dangereuses, & oncques vives n’avoir esté veues. Si bon vous semble ferez espreuve du contraire : & trouverez qu’en elles consiste une mignotize la plus grande du monde, pour-