Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/286

Cette page n’a pas encore été corrigée



Pantagruel après la petite accollade & barretade gracieuse, avant ouvrir les letres ne aultres propous tenir à Malicorne, luy demanda. Avez vous icy le Gozal celeste messaigier ? Ouy, respondit il. Il est en ce panier emmailloté. C’estoit un pigeon prins on colombier de Gargantua, esclouant ses petitz sus l’instant que le susdict Celoce departoit. Si fortune adverse feust à Pantagruel advenue, il y eust des iectz noirs attaché es pieds : mais pource que tout luy estoit venu à bien & prosperité, l’ayant faict demailloter, luy attacha es pieds une bandelette de tafetas blanc : & sans plus differer sus l’heure le laissa en pleine liberté de l’air. Le pigeon soubdain s’en vole haschant en incroyable hastiveté : comme vous sçavez qu’il n’est vol que de Pigeon, quand il a œufz ou petitz, pour l’obstinée sollicitude en luy par nature posée de recourir & secourir ses pigeonneaulx. De mode qu’en moins de deux heures il franchit par l’air le long chemin, que avoit le Celoce en extreme diligence par troys iours & troys nuictz perfaicts, voguant à rames & à vèles, & luy continuant vent en pouppe. Et feut veu entrant dedans le colombier on propre nid de ses petitz. Adoncques entendent le preux Gargantua, qu’il portoit la bandelette blanche resta en ioye & sceureté du bon partement de son filz.

Telle estoit l’usance des nobles Gargantua & Pantagruel, quand sçavoir promptement vouloient nouvelles de quelque chose fort affectée & vehemente desirée : comme l’issue de quelque bataille, tant par mer, comme par terre : la prinze ou defense de quelque place forte : l’appoinctement de quelques differens de importance : l’accouchement heureux ou infortuné de quelque royne, ou grande dame : la mort ou convalescence