Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
19
chapitre i.


des royaulmes convient en paix, amitié, debonnaireté guarder & regir, sans ses mains souiller de sang & pillerie. Qui aultrement faict, non seulement perdera l’acquis, mais aussi patira ce scandale & opprobre, qu’on le estimera mal & à tort avoir acquis : par ceste consequence, que l’acquest luy est entre mains expiré. Car les choses mal acquises, mal deperissent. Et ores qu’il eust toute sa vie pacificque iouissance, si toutesfoys l’acquest deperit en ses hoirs, pareil sera le scandale sus le defunct, & sa memoire en malediction, comme le conquerant inique. Car vous dictez en proverbe commun : Des choses mal acquises le tiers hoir ne iouira.

Notez aussi, Goutteux fieffez, en cestuy article, comment par ce moyen Pantagruel feit d’un ange deux, qui est accident opposite au conseil de Charles Maigne, lequel feist d’un diable deux, quand il transporta les Saxons en Flandre, & les Flamens en Saxe. Car non povant en subiection contenir les Saxons par luy adioincts à l’empire : que à tous momens n’entrassent en rebellion, si par cas estoit distraict en Hespaigne, ou autres terres loingtaines : les transporta en pays sien, & obeissant naturellement, sçavoir est Flandres : & les Hannuiers & Flamens ses naturels subiectz transporta en Saxe, non doubtant de leur feaulté, encores qu’ilz transmigrassent en regions estranges. Mais advint que les Saxons continuèrent en leur rebellion & obstination première : & les Flamens habitans en Saxe, embeurent les meurs & contradictions des Saxons.