Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/228

Cette page n’a pas encore été corrigée
220
le tiers livre.


Briszmarg d’algotbric nubstzne zos
Isquebfz prusq ; alborz crinqs zacbac.
Misbe dilbarlkz morp nipp stancz bos.
Strombtz Panrge vvalmap quost grufz bac.

Or deuine, Epistemon, que c’est ?

Ce sont (respondit Epistemon) noms de Diables errans, diables passans, diables rampans. Tes parolles sont brayes (dist Panurge) bel amy. C’est le courtisan languaige Lanternoys. Par le chemin ie t’en feray vn beau petit dictionaire, lequel ne durera gueres plus qu’vne paire de souliers neufz. Tu l’auras plus toust aprins, que iour leuant sentir. Ce que i’ay dict translaté de Lancernoys en vulgaire, chante ainsi.

Tout malheur estant amoureux,
M’accompaignoit : oncq n’y eu bien.
Gens mariez plus sont heureux,
Panurge l’est, & le sçait bien.

Reste doncques (dist Pantagruel) le vouloir du Roy mon pere entendre, & licence de luy auoir.