Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/161

Cette page n’a pas encore été corrigée
153
chapitre xxxi.


est faicte incredible resolution des espritz, tellement qu’il n’en reste de quoy poulser aux lieux destinez ceste resudation generatiue, & enfler le nerf cauerneux : duquel l’office est hors la proiecter pour la propagation d’humaine Nature. Qu’ainsi soit, contemplez la forme d’vn home attentif à quelque estude. Vous voirez en luy toutes les arteres du cerueau bendées comme la chorde d’vne arbaleste, pour luy fournir dextrement espritz suffisans à emplir les ventricules du sens commun, de l’imagination & apprehension, de la ratiocination & resolution, de la memoire & recordation : & agilement courir de l’vn à l’aultre par les conduictz manifestes en anatomie sus la fin du retz admirable, on quel se terminent les arteres : les quelles de la fenestre armoire du cœur prenoient leur origine, & les espritz vitaulx affinoient en longs ambages, pour estre faictz animaulx. De mode que en tel personnaige studieux vous voirez suspendues toutes les facultez naturelles : cesser tous sens exterieurs : brief, vous le iugerez n’estre en soy viuent, estre hors soy abstraict par ecstase : & direz que Socrates n’abusoit du terme, quand il disoit Philosophie n’estre aultre chose que meditation de mort. Par aduenture est ce pour quoy Democritus se aueugla, moins estimant la perte de sa veue, que diminution de ses contemplations : les quelles il sentoit interrompues par l’esguarement des œilz. Ainsi est vierge dicte Pallas Déesse de Sapience, tutrice des gens studieux. Ainsi sont les Muses vierges. Ainsi demeurent les Charités en pudicité éternelle. Et me soubuient auoir leu, que Cupido quelques foys interrogé de sa mère Venus, pour quoy il n’assailloit les Muses ? respondit, qu’il les trouuoit tant belles, tant nettes, tant hones-