Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/117

Cette page n’a pas encore été corrigée


Comment Panurge patrocine à l’ordre des fratres Mendians.

Chapitre XXII.



Issant de la Chambre de Raminagrobis, Panurge comme tout effrayé dist. Ie croy par la vertus Dieu, qu’il est Hereticque, ou ie me donne au Diable. Il mesdict des bons peres mendians Cordeliers, & Iacobins, qui sont les deux hemisphæres de la Christianté, & par la gyrognomonique circumbilivagination desquelz comme par deux filopendoles cœlivages, tout l’Antonomatic matagrabolisme de l’eclise Romaine, soy sentente emburelucoquée d’aulcun baraguouïnage d’erreur ou de hæresie, homocentricalement se tremousse. Mais que tous les Diables luy ont faict, les paouvres Diables de Capussins, & Minimes ? Ne sont ilz assez meshaignez les paouvres diables ? Ne sont ilz assez enfumez & perfumez de misere & calamité les paouvres haires extraictz de Ichthyophagie ? Est il, frere Ian, par ta foy, en estat de salvation ? Il s’en va par Dieu damné comme une serpe à trente mille hottées de Diables. Mesdire de ces bons & vaillans piliers d’eclise ? Appellez vous cela fureur poëticque ? Ie ne