Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/115

Cette page n’a pas encore été corrigée
107
chapitre xxi.


c’est Raminagrobis, lequel en seconde nopces espousa la grande Guorre dont nasquit la belle Bazoche. I’ay entendu qu’il est en l’article & dernier moment de son decès. Transportez vous vers luy, & oyez son chant. Pourra estre que de luy aurez ce que prætendez, & par luy Apollo vostre doubte dissouldra. Ie le veulx (respondit Panurge). Allons y Epistemon de ce pas : de paour que mort ne le prævieigne. Veulx tu venir frere Ian ? Ie le veulx (respondit frere Ian) bien voluntiers, pour l’amour de toy couillette. Car ie t’ayme du bon du foye.

Sus l’heure feut par eulx chemin prins, & arrivans au logis poëticque trouvèrent le bon vieillart en agonie, avecques maintient ioyeulx, face ouverte, & reguard lumineux. Panurge le saluant luy mist on doigt Medical de la main guausche en pur don un anneau d’or, en la palle duquel estoit un sapphyr oriental, beau & ample : Puys à l’imitation de Socrates luy offrit un beau coq blanc, lequel incontinent posé sus son lict la teste elevée en grande alaigresse secoua son pennaige, puys chanta en bien hault ton. Cela faict Panurge requist courtoisement dire & exposer son iugement sus le doubte du mariage prætendu. Le bon vieillard commenda luy estre apporté ancre, plume, & papier. Le tout feut promptement livré. Adoncques escrivit ce que s’ensuyt.

Prenez là, ne la prenez pas.
Si vous la prenez, c’est bien faict.
Si ne la prenez en effect,
Ce sera œuvré par compas.

Guallopez, mais allez le pas.
Recullez, entrez y de faict.
Prenez-la, ne.