Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 02.djvu/112

Cette page n’a pas encore été corrigée
104
le tiers livre.


l’extendre, clouant tous les doigtz en poing, & passant le poulce entre les doigtz Maistre & Indice. Puys avecques la main guausche frottoit le dessus du coubté du susdict braz dextre, & peu à peu ce frottement levoit en l’aër la main d’icelluy iusques au coubté & au dessus, soubdain la rabaissoit comme davant : puys à intervalles la relevoit, la rabaissoit, & la monstroit à Panurge.

Panurge de ce fasché leva le poing pour frapper le Mut : mais il revera la præsence de Pantagruel & se retint. Alors dist Pantagruel. Si les signes vous faschent, ô quant vous fascheront les choses signifiées. Tout vray à tout vray consone. Le Mut prætend & denote, que serez marié, coqu, battu, & desrobbé. Le mariage (dist Panurge) ie concède, ie nie le demourant. Et vous prie me faire ce bien de croyre, que iamais homme n’eut en femme & en chevaulx heurt tel que m’est predestiné.