Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/378

Cette page n’a pas encore été corrigée


ne arriere. Et estoit phée en la maniere que iamais ne povoit rompre, mais au contraire, tout ce qu'il en touchoit rompait incontinent. Ainsi doncques comme il approchoit en grand fierté, Pantagruel iectant les yeulx au ciel se recommanda à dieu de bien bon cueur, faisant veu tel comme s'ensuyt.

Seigneur dieu qui tousiours a esté mon protecteur & mon servateur, tu voys la destresse en laquelle ie suis maintenant. Riens icy ne me amene, sinon zele naturel comme tu as concedé es humains de garder & defendre soy, leurs femmes, enfans, pays, & famille en cas que ne seroit ton negoce propre, qui est la foy: car en tel affaire tu ne veulx nul coadiuteur: sinon de confession catholicque, & ministere de ta parolle: & nous as defenduz toutes armes & defenses: car tu es le tout puissant, qui en ton affaire propre, & où ta cause propre est tirée en action, te peulx defendre trop plus qu'on ne sçauroit estimer: toy qui as milliers de centaines de millions de legions d'anges, duquel le moindre peut occire tous les humains, & tourner le ciel & la terre à son plaisir, comme bien appareut en l'armée de Sennacherib. Doncques s'il te plaist à ceste heure me estre en ayde comme en toy seul est ma totalle confiance & espoir, Ie te fays veu que par toutes contrées tant de ce pays de Utopie que d'ailleurs où ie auray puissance & auctorité, Ie feray prescher ton sainct Evangile, purement, simplement, & entierement, si que les abuz d'ung tas de papelars & faulx prophetes, qui ont par constitutions humaines & inventions depravées envenimé tout le monde, seront d'entour moy exterminées.

Et alors fut ouye une voix du ciel, disant. Hoc fac, & vinces: c'est à dire. Fays ainsi, & tu auras victoire. Ce faict voyant Pantagruel que Loupgarou approchoit