Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/371

Cette page n’a pas encore été corrigée


manger une once sans boire, qu'il pourroit à luy resister sans peur. Adonc le prisonnier le supplya à ioinctes mains qu'à l'heure de la bataille il eust de luy pitié, dont luy dist Pantagruel. Apres que tu auras annoncé à ton roy, Ie ne te dys pas comme les caphars Ayde toy dieu te aydera: car c'est au rebours ayde toi, le diable te rompra le col. Mais ie te dys, metz tout ton espoir en dieu, & il ne te delaissera point. Car de moy encores que soye puissant comme tu peuz veoir, & aye gens infiniz en armes, toutesfois ie n'espere point en ma force, ny en mon industrie: mais toute ma fiance est en dieu mon protecteur, lequel iamais ne delaisse ceulx qui en luy ont mys leur espoir & pensée. Ce faict, le prisonnier s'en alla: & Pantagruel dist à ses gens. Enfans iay donné à entendre à ce prisonnier que nous avons armée sur mer, ensemble que nous ne leur donnerons l'assault que iusques à demain sur le midy, à celle fin qu'eulx doubtans la grande venue de gens, cette nuyct se occupent à mettre en ordre & soy remparer: mais en ce pendant mon intention est que nous chargeons sur eulx environ l'heure du premier somme.

Mais laissons icy Pantagruel avecques les Apostoles. Et parlons du roy Anarche & de son armée. Quand doncques le prisonnier fut arrivé il se transporta vers le Roy, et luy compta comment il estoit venu ung grand geant nommé Pantagruel qui avoit desconfit & faict roustir