Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/370

Cette page n’a pas encore été corrigée


Chapitre 28

Comment Pantagruel eut victoire bien estrangement des Dipsodes, & des geans.

Apres tous ces propos Pantagruel appella leur prisonnier & le renvoya, disant. Va t'en à ton roy en son camp, et luy dys nouvelles de ce que tu as veu, & qu'il delibere de me festoyer demain sur le midy: car incontinent que mes galleres seront venues, qui sera de matin au plus tard. Ie luy prouveray par dix huyct cens mille combatans et sept mille geans tous plus plus grans que tu ne me veoys, qu'il a faict follement & contre raison de affaiblir ainsi mon pays. En quoy faingnoit Pantagruel qu'il eust son armée sur mer. Mais le prisonnier respondit qu'il se rendoit son esclave & qu'il estoit content de iamais ne retourner à ses gens, mais plus tost combatre avecques Pantagruel contre eulx, & pour dieu qu'ainsi le permist. A quoy Pantagruel ne voulut consentir, ains luy commanda que partist de là briesvement & allast ainsi qu'il avoit dist: & luy bailla une boette pleine de euphorbe & de grains de coccognide, luy commandant la porter à son roy & luy dire que s'il en povoit