Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/280

Cette page n’a pas encore été corrigée


vous voy, car vous me faictes grand pitié. Pour tant, mon amy, dictes moy : Qui estes vous ? Dont venez vous ? Où allez vous ? Que querez vous ? Et quel est vostre nom ? "

Le compaignon luy respond en langue Germanicque :

" Juncker, Gott geb euch gluck unnd Hail. Zuvor, lieber Juncker, ich las euch wissen das da ir mich von fragt, ist ein arm unnd erbarmglich ding, unnd wer vil darvon zu sagen, welches euch verdruslich zu hœren, unnd mir zu erzelen wer, vievol die Poeten unnd Orators vorzeiten haben gesagt in irem Sprüchen unnd Sentenzen, das die Gedechtnus des Ellends unnd Armuot vorlangs erlitten ist ain grosser Lust. "

A quoy respondit Pantagruel : " Mon amy, je n'entens poinct ce barragouin ; pour tant, si voulez qu'on vous entende, parlez aultre langaige. "

Adoncques le compaignon luy respondit : " Al barildim gotfano dech min brin alabo dordin falbroth ringuam albaras. Nin porth zadikim almucathin milko prin al elmim enthoth dal heben ensouim : kuthim al dum alkatim nim broth dechoth porth min michais im endoth, pruch dal maisoulum hol moth danrilrim lupaldas im voldemoth. Nin hur diavosth mnarbotim dal gousch palfrapin duch im scoth pruch galeth dal Chinon, min foulchrich al conin butathen doth dal prim. "

- Entendez vous rien là ? " dist Pantagruel es assistans. A quoy dist Epistemon : " Je croy que c'est langaige des antipodes ; le diable n'y mordroit mie. " Lors dist Pantagruel : " Compere, je ne sçay si les murailles vous entendront, mais de nous nul n'y entend note. "

Dont dist le compaignon : " Signor mio, voi videte per exemplo che la cornamusa non suona mai s'ela non a il ventre pieno. Cosi io parimente non vi saprei contare le mie fortune, se prima il tribulato