Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/168

Cette page n’a pas encore été corrigée


Pourquoy les moynes sont refuyz du monde, et pour quoy les ungs ont

le nez plus grand que les aultres.

CHAPITRE XL

Foy de christian ! (dist Eudemon) je entre en grande resverie, considerant l’honnesteté de ce moyne, car il nous esbaudist icy tous. Et comment doncques est ce qu’on rechasse les moynes de toutes bonnes compaignies, les appellans troublefeste, comme abeilles chassent les freslons d’entour leurs rousches ? « Ignavum fucos pecus

(dist Maro),

     a presepibus arcent. »

À quoy respondit Gargantua.

«  Il n’y a rien si vrai que le froc et la cogule tire à soy les opprobres, injures et maledictions du monde, tout ainsi comme le vent dict Cecias attire les nues. La raison peremptoire est parce qu’ilz mangent la merde du monde, c’est à dire les pechez, et comme machemerdes l’on les rejecte en leurs retraictz, ce sont leurs conventz et abbayes, separez de conversation politicque comme sont les retraictz d’une maison. Mais, si entendez pourquoy un cinge en une famille est tousjours mocqué et herselé, vous entendrez pourquoy les moines sont