Ouvrir le menu principal

Page:Rabelais marty-laveaux 01.djvu/165

Cette page n’a pas encore été corrigée


«  Cza, cza (dist Gargantua), une escabelle icy, auprès de moy, à ce bout.

— Je le veulx bien (dist le moyne), puis qu’ainsi vous plaist. Page, de l’eau ! Boute, mon enfant, boute : elle me refraischira le faye. Baille icy que je guargarize.

— Deposita cappa (dist Gymnaste) ; oustons ce froc.

— Ho, par Dieu (dist le moyne), mon gentilhomme, il y a un chapitre in statutis Ordinis auquel ne plairoit le cas.

— Bren (dist Gymnaste), bren pour vostre chapitre. Ce froc vous rompt les deux espaules ; mettez bas.

— Mon amy (dist le moyne), laisse le moy, car, par Dieu ! je n’en boy que mieulx : il me faict le corps tout joyeux. Si je le laisse, Messieurs les pages en feront des jarretieres, comme il me feut faict une foys à Coulaines. Davantaige, je n’auray nul appetit. Mais, si en cest habit je m’assys à table, je boiray, par Dieu ! et à toy et à ton cheval, et de hayt. Dieu guard de mal la compaignie ! Je avoys souppé ; mais pour ce ne mangeray je poinct moins, car j’ay un estomac pavé, creux comme la botte sainct Benoist, tousjours ouvert comme la gibbessiere d’un advocat. De tous poissons, fors que la tanche, prenez l’aesle de la perdrys, ou la cuisse d’une nonnain. N’est ce falotement mourir quand on meurt le caicheroidde ? Nostre prieur ayme fort le blanc de chappon.

— En cela (dist Gymnaste) il ne semble poinct aux renars, car des chappons, poules, pouletz qu’ilz prenent, jamais ne mangent le blanc.

— Pourquoy ? dist le moyne

— Parce (respondit Gymnaste) qu’ilz n’ont poinct de cuisiniers à les cuyre, et, s’ilz ne sont competentement cuitz, il demeurent rouge et non blanc. La rougeur des viandes est indice qu’elles ne sont assez cuytes, exceptez les gammares et escrivices, que l’on cardinalize à la cuyte.

— Feste Dieu Bayart ! (dist le moyne) l’enfermier de nostre abbaye